Ohticks!

Approche One health pour identifier les agents pathogènes transmis par les tiques et responsables de syndromes inexpliqués chez l'Homme et les animaux
 

Le projet de recherche

un projet pluridisciplinaire, alliant des vétérinaires, médecins, scientifiques et sociologues, afin de mieux caractériser dans une approche « One Health » les maladies transmises par les tiques.
En Europe, les tiques sont les premiers arthropodes vecteurs d’agents pathogènes pour l’Homme et les animaux domestiques et l’incidence des maladies transmises par les tiques est en augmentation. En Europe, la maladie à tiques la plus fréquente chez l’Homme est la borréliose de Lyme, avec 90 000 nouveaux cas estimés chaque année (300 000 nouveaux cas chaque année aux Etats-Unis).

Cette maladie est diagnostiquée dans un premier temps cliniquement par la présence d’un érythème migrant consécutif à une piqûre de tique et dans ses phases tardives par des tests sérologiques. Parallèlement aux cas classiques de borréliose de Lyme, des patients piqués par des tiques se plaignent de symptomes cliniques objectifs non rattachables à une maladie déjà connue, transmise par les tiques (asthénie, fièvre , myalgie , etc …) pour lesquels le diagnostic ne peut être établi.

Chez les animaux domestiques, en particulier les bovins et les chiens qui sont infectés par les mêmes espèces de tiques que les humains, la situation est similaire. Dans ce contexte, nous proposons un projet pluridisciplinaire, alliant des vétérinaires, médecins, scientifiques et sociologues, afin de mieux caractériser dans une approche « One Health » les maladies transmises par les tiques.

Les objectifs scientifiques spécifiques de notre projet sont  :

Détecter, identifier et isoler

les micro-organismes nouveaux, peu connus ou inattendus à partir de prélèvement de patients et d’animaux souffrant de syndromes inexpliqués après piqûres de tique

Démontrer

la compétence des tiques à transmettre ces agents

Fournir des éléments

concrets pour une meilleure gestion des maladies à tiques.

C’est la durée en années, pendant lesquelles ce projet est financé par l’ANR.
Dans le cadre de ce projet, seront recrutés 2 techniciens de recherches, 1 chercheur post-doc et un attaché de recherche clinique.

Les grandes étapes du projet

Échantillonnage

Étape n°1

Cette étape sera consacrée à l’échantillonnage (y compris la stratégie d’échantillonnage, la constitution d’une base de données, le stockage, la question éthique, etc…).
Cette tâche visera à recueillir les différents échantillons auprès des humains malades et des animaux domestiques (bétail et chiens principalement) identifiés par les réseaux médicaux et vétérinaires impliqués dans le suivi des TBD.

Identification

Étape n°2

L’étape n°2 identifiera, parmi les échantillons d’animaux et d’humains malades, ceux qui sont infectés par des agents pathogènes transmissibles par les tiques négligés (c. -à-d. les nouveaux agents pathogènes transmis par les tiques qui ne sont pas identifiés par un outil de diagnostic conventionnel commercialisé). Ce dépistage préliminaire sera effectué sur de l’ADN extrait du sang d’humains et d’animaux atteints de syndromes inexpliqués après des piqûres de tiques (ou exposés à des tiques) à l’aide d’une PCR Q-PCR sur puce basée sur la technologie de PCR microfluidique en temps réel à haut débit microfluidique.

Découverte

Étape n°3

La tâche 3 sera consacrée à la découverte, par séquençage de prochaine génération, de séquences de séquences d’agents pathogènes potentiellement nouveaux ou inattendus (connus pour être pathogènes dans d’autres régions ou transmis par d’autres arthropodes que les tiques) dans des échantillons humains et animaux.

Isoler

Étape n°4

La tâche 4 visera à isoler dans la mesure du possible et (mieux) à caractériser les micro-organismes nouveaux, inattendus ou négligés identifiés et à établir un lien épidémiologique entre les syndromes inexpliqués, les piqûres de tiques et la présence d’agents pathogènes.

Évaluer

Étape n°5

L’étape n°5 évaluera leur transmission possible par les tiques en identifiant ces micro-organismes dans les tiques de notre propre collection et collectées annuellement dans différentes régions de France et en prouvant la compétence des tiques pour ces pathogènes en utilisant des techniques d’alimentation artificielle de tiques de nos colonies de tiques exemptes de pathogènes.

Outiller

Étape n°6

L’étape n°6 sera consacrée à la mise en place d’outils de pointe pour détecter tous les agents pathogènes transmissibles par les tiques (bactéries, virus et parasites connus, négligés et nouveaux) en tant que pré-requis pour le développement de tests de diagnostic des maladies à TBD spécifiquement dédiés aux animaux de compagnie bovins et humains.

Qui sommes-nous ?

 

 

→ Des chercheurs de l’INRA  (équipe vectotiq) spécialistes des tiques et des agents pathogènes qu’elles transmettent : Muriel Vayssier-Taussat coordinatrice du projet OHTicks et Jean François Cosson coordinateur du projet de science participative CiTique, qui assure le lien entre les 2 projets et promeut l’impact sociétal du projet OHticks via le projet CiTique.

→ Des médecins : en premier lieu les Professeurs Chirouze (CHU Besançon) et Salomon (CHU Garches) en lien avec les médecins de 2 autres CHU impliqués dans le projet : l’hopital Saint Antoine à Paris (Pr Jean Luc Meynard) le CHU de Saint Etienne (Pr Céline Cazorla) ainsi que les médecins du réseau Sentinelle. L’Institut Pasteur est le promoteur de l’étude.

→ Des chercheurs de L’institut Pasteur : plusieurs équipes de l’institut Pasteur participent à ce projet : celle du Dr Noelle Ungeheuer, responsable de la plateforme ICAREB qui gèrera les échantillons que nous recevons, le Pr Eloit qui utilise des méthodes de séquençage à haut débit pour identifier de nouveaux agents pathogènes ; celle du Pr Arnaud Fontanet qui participe à l’analyse épidémiologique des résultats.

→ Des chercheurs de l’Institut Hospitalo Universitaire de Marseille : en particulier le Pr Raoult et son équipe qui participeront à l’isolement de souches bactériennes qui auront été identifiés dans les patients piqués par les tiques.

Impact du projet :

Les résultats obtenus dans le cadre de ce projet seront utilisés pour développer de nouveaux tests de diagnostic, pour promouvoir une meilleure information du public (y compris par une approche originale de science participative développée dans le cadre du projet CiTique et par une meilleure formation des étudiants vétérinaires et médecins) et pour identifier des recommandations adressées aux autorités de santé publique pour in fine une meilleure gestion des maladies à tiques.

Recrutement des patients :

Le projet de recherche clinique sur les maladies transmises par les piqures de tiques (projet OHTICKS) démarre début 2018 dans 4 centres hospitaliers en France : CHU de Garches, Saint Antoine à Paris, Besançon et Saint Etienne.

Cette recherche a obtenu un financement de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). Elle est promue par l’Institut Pasteur en partenariat avec l’AP-HP et l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA).

Si vous êtes intéressés, nous vous invitons à prendre contact avec le centre hospitalier participant le plus proche de votre domicile qui vérifiera si vous présentez les critères requis pour participer à l’étude.

Nous vous remercions vivement de l’intérêt porté à notre projet.

L’équipe OHTICKS

Contact

Téléphone

+33 (0)1 49 77 28 12

Addresse

ANSES Maisons-Alfort
Laboratoire de Santé Animale – UMR BIPAR
14, Rue Pierre et Marie Curie
94 701 Maisons-Alfort Cedex

Quelques liens à consulter

Projet CiTique, des citoyens et des tiques pour mieux comprendre l’écologie des tiques et les maladies qu’elles transmettent.

Signalement tique, une application pour signaler les piqûres de tiques sur les humains et les animaux.

TELETIQ est un projet de recherche dont l’objectif est de tester de nouvelles approches qui mobilisent des données de téléphonie mobile et de sciences participatives pour estimer à l’échelle de la France les risques de transmission de maladies à tiques afin d’en améliorer la prévention.